(Format: dd.mm.yyyy)
Adresse
Sujet
loading

KonTiki

«Des frontières? Je n'en ai jamais vues. Mais j'ai entendu dire qu'elles existent dans l'esprit de certains personnes!»
Thor Heyerdahl

Thor Heyerdahl, alors jeune marié, décide en 1937 de prolonger son voyage de noces aux Îles Marquises, au beau milieu de l’océan Pacifique. Ses études de géographie et de zoologie à l’Université d’Oslo poussent le jeune Norvégien à échafauder une audacieuse hypothèse. Selon lui, les vents et les courants marins dominants auraient permis la colonisation humaine de la Polynésie depuis l’Amérique du Sud plutôt que du continent asiatique. De plus, le nom d’un dieu-soleil des Incas, Kon-Tiki, semblait se retrouver dans la mythologie religieuse polynésienne. 

Dix ans plus tard, Thor Heyerdahl se retrouve à Callao, sur la côte pacifique du Pérou, supervisant la construction d’un radeau en bois de balsa semblable aux embarcations traditionnelles d’avant la conquête espagnole. L’explorateur le nomme Kon-Tiki en l’honneur du dieu-soleil inca.

S’étant assuré d’indispensables appuis financiers, avec cinq compagnons, tous scandinaves et aux intérêts scientifiques divers, il s’élance le 28 avril 1947 depuis Callao muni de quelques vivres et d’un équipement radio. Les six hommes confient leur destin aux vents et aux courants marins du Pacifique pour les entraîner vers la Polynésie. À son poignet, chaque membre de l’équipage porte une montre Eterna, contribution d’une des rares maisons horlogères de l’époque à vraiment dominer l’étanchéité des boîtiers.

Après 101 jours de mer et environ 8 000 km (4 320 milles marins) de navigation, le voyage se termine abruptement sur des récifs coralliens de Raroia, partie de l’archipel des Tuamotus. Les hommes se portaient bien, le Kon-Tiki un peu moins. Les montres Eterna, elles, n’avaient rien perdu de leurs fonctionnalités. Elles avaient admirablement résisté à l’eau et à la corrosion du sel marin ainsi qu’aux variations de température. Chez Eterna, à Granges, on en tira les conclusions appropriées.

De nom et de figure légendaires, Kon-Tiki allait devenir une dynastie horlogère hors du commun.